Poésie/Slam : République des malandrins

Crédit : institutfrancais-burkinafaso.com

De ma plume canaille, je peins le pays des malandrins

Où la conscience des uns est jouet pour d’autres

Le mensonge est un hobby pour ces aigrefins

L’éternité du chef, c’est le message que portent les apôtres

La démagogie est devenue un patrimoine génétique

Sans idéaux, la misère est tout ce qu’ils ont en commun

Les plus petits portent en eux le germe d’attitudes maléfiques

Les conforts personnels supplantent l’intérêt commun

Ils apprennent le sens de l’indignité aigüe des ainés

Tel un virus, l’incongruité affecte toutes les générations

Dans les têtes rien ne presse et tout est figé

Peuple amnésique et sélectif en indignation

La débauche et le désespoir, tel est le dessin du présage

En attendant l’arrivée de Dieu, ils ont choisi la résignation

Sans vertu, ils ont fait de l’immoralité un usage

Ils ont fait de la probité morale est une malédiction

Les plus corrects sont devenus des parias, l’infamie est la résolution

Les postes y sont hérités, jamais mérités

Ils disent ne pas avoir mérité ce sort, c’est une contre-vérité

Les droits les plus basiques sont des faveurs

Les besoins les plus banals sont des luxes

En manque de tout, ils sont fiers de tout et de rien même ce dont personne ne peut s’en flatter

Ils ont tout dans l’aspect mais rien dans les faits

DIAKITÉ Ibrahima Kalil

One thought on “Poésie/Slam : République des malandrins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *