Pirate de l’histoire : mort dans sa gouvernance, Alpha Condé se réincarne en panafricain

Alpha Condé et François Hollande lors de la dernière visite d’Etat du mandat de ce dernier. Crédit : Kamil ZIHNIOGLU. AFP

Échoué dans sa gestion interne, Alpha Condé entend redorer son image avec l’africanisme et le panafricanisme. Depuis le début du mois d’avril, il est le nouveau chouchou des Africains excités sur la toile à travers ses discours d’Abidjan et de l’Élysée. Je suis profondément effaré de la réaction de certains internautes africains sur ces discours truffés d’incohérences et d’indignités brandis en « discours historiques ». Il y a non seulement un fossé entre la personne de Alpha Condé et ses paroles mais aussi de l’incohérence entre les paroles du même discours. La logique ou devrais-je dire la bêtise africaine, est que toute personne qui prononcera un discours à la Sankara devient un héros quoi qu’il ait fait ou qui qu’il soit. C’est comme Idriss Déby Itno qui se fait applaudir par certains parce qu’il dit que le CFA est une monnaie d’oppression tandis que lui-même massacre quotidiennement son peuple et exploite les richesses du pays à sa guise depuis plus de 20 ans. Il est à lui seul pour le Tchad ce que le CFA est pour l’Afrique.

De la conférence d’Abidjan sur l’émergence au discours d’apparence de l’Elysée, Condé fait savoir que l’Afrique veut couper le cordon avec la France mais n’a jamais parlé du cordon lui-même. C’est connu de tous que le véritable cordon de la FranceAfrique c’est le franc CFA mais Alpha Condé ne s’est jamais prononcé dessus. Ne se sent-il pas concerné ou ne veut-il pas fâcher ses maîtres ? Il n’a jamais parlé du sommet de paternalisme dit « Sommet FranceAfrique », pourtant c’est aussi une fibre du cordon dont il parle. De qui se moque-t-on ?

DÉCRYPTONS !

« Nous ne voulons plus être jugés à travers des ONG… Nous voulons désormais qu’on nous laisse déterminer quelle est la politique de développement que nous voulons… comment nous voulons appliquer les règles universelles de la démocratie en fonction des contraintes, en tenant compte des réalités spécifiques de chaque état… »

Alpha n’a aucune intention panafricaine, nationaliste, indépendantiste encore moins africaniste en disant cela. Alors pourquoi dit-il cela ?

Premièrement, il se prépare pour un prolongement de mandat bien qu’on sache pas encore comment il va procéder mais l’intention est bien évidente désormais. II ne veut donc pas que ses maîtres lui fassent le reproche quand il le fera. Il se protège dans le futur et protège les vauriens comme Biya, Kabila, Nguesso, Gnassimgbè… En gros il légitime les pouvoirs nuls en Afrique en se barricadant derrière la souveraineté politique.

« Nous voulons désormais qu’on nous laisse déterminer quelle est la politique de développement que nous voulons ». Quelle est sa politique de développement à lui pour le micro état qu’il dirige depuis 6 ans ? A-t-il un bilan de gestion ? Est-ce l’occident qui l’empêche d’assainir sa capitale ? Est-ce l’occident qui l’empêche de lancer l’énergie, de construire des infrastructures… ? Son peuple respire le mal à outrance depuis son avènement dans tous les secteurs et son gouvernement est l’un des plus médiocres et corrompus dans le monde. De passage je vous présente sa capitale il y a 20 jours…

C’est incompréhensible que le Guinéen qui vit et respire ce mal, se réjouisse d’un dîner à l’Élysée et du drapeau du pays sur les Champs Élysée. Amnésie ou petitesse d’esprit ? J »en passe.

Deuxièmement, il y a le dossier 28 septembre qui en cours. Il sait que l’occident, avec son attitude de gendarme qui juge du monde, viendra s’en mêler à travers les ONG de droits de l’Homme (puisque les Africains eux-mêmes ne posent pas de question). L’aide de camps du chef de la junte militaire lors des massacres est entre 4 murs à Conakry tandis que le chef lui-même est à Ouaga au Burkina. Alpha Condé ne veut pas que Dadis Camara éclaire les zones d’ombre de cette affaire, donc fait tout pour ne pas qu’il passe devant un tribunal. Il ne veut pas avoir de pression sur ce dossier non plus. 

Comprenez par là que Condé dans son discours parle en son nom contrairement à ce que la plupart des Africains pensent.

NOUS VOULONS UNE INDÉPENDANCE ASSISTÉE… AIDEZ-NOUS !

Dans le même discours indépendantiste (folklorique), il dit :

« Nous avons constaté que les casques bleues sont au Congo Kinshassa depuis des années mais ça ne change rien. Nous avons donc décidé que désormais nous souhaitons que vous nous apportez votre contribution pour nous équiper matériellement mais que ça soit les troupes africaines qui se battent désormais. Nous avons salué votre intervention mais nous ne souhaitons plus que les soldats français aillent voler en Afrique. Nous préférons que l’Afrique prenne son destin en main, que vous nous aidez à avoir des équipements mais que ça soit les africains qui se battent… »

C’est de plus en plus affligeant, non ? La souveraineté ne rime pas avec la main tendue, soit on la veut, soit on ne la veut pas. On ne peut pas vouloir une chose et son contraire, c’est d’une incommensurable incohérence. Quelle sera la nature de ta relation avec celui qui t’habille et te nourrit ? Si l’Afrique veut être souveraine, que l’Afrique achète ses propres équipements militaires.

Faudra t-il rappeler que celui qui nous parle de souveraineté et de rapport gagnant-gagnant, est le même qui organise la fuite des capitaux vers l’occident en connivence avec ses amis français de club ? C’est le même Alpha Condé qui vend des terres aux chinois aujourd’hui et c’est le même qui a bradé le port de Conakry à Bolloré en contrepartie du financement de ses campagnes présidentielles et de la construction d’une Blue zone.

ON DÉSAVOUE SEKOU TOURE ?

« Aujourd’hui lorsque les Guinéens voient le drapeau guinéen flotter sur les Champs Élysées et sur les immeubles publics, on a retrouvé enfin la communion entre la France et la Guinée. En quelque sorte, nous avons enterré le dialogue De Gaulle – Sékou TOURE de 1958 qui a été un grand malentendu… »

Alors on veut couper le cordon mais on n’assume pas le père de l’indépendance de la Guinée, pour plaire au colon. Alpha Condé n’est ni pan-africaniste, ni indépendantiste, ce n’est qu’un illusionniste vendu à un prix un peu plus élevé que celui de Alassane Ouatara.

Nous Africains, nous voulons rompre avec le système occidental, nous voulons un nouveau système éducatif, un autre système politique… Mais nous ne voulons pas de systèmes taillés à la volonté égoïste des individus. L’Africanisme et le Panafricanisme sont devenus un rempart pour les mal intentionnés, c’est une aberration !

On n’entre pas dans l’histoire par la fenêtre !

 

6 thoughts on “Pirate de l’histoire : mort dans sa gouvernance, Alpha Condé se réincarne en panafricain

  1. Franchement nous jeunes Africains devons nous émanciper pour avancer et se libérer de ces vieux carnivores qui nous mènent qu’aux dérives, avec des politiques de diviser pour régner, disons Stop

  2. Alpha Condé est un #panafricaniste engagé pour que l’Afrique compte sur son propre effort car, les #occidentaux sont les ennemis des africains.

  3. Bien vu mon cher. Fine analyse qui met en exergue que nos politiques sont en contradiction avec eux même. L’on tendance à vite oublier et gober les belles phrases de nos hommes politiques pour ne pas dire politiciens. En Mauritanie, le présent passe son temps à nous chanter qu’il y a une croissance économique positive. Mais personne ne la voit cette croissance, on ne la mange…. Poudre aux yeux !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *