Des guinéenneries

D’abord, j’aimerais vous présenter cet incroyable et merveilleux pays que tout le monde connaît (ou pas). La Guinée – Conakry : huitième merveille du monde, l’un des pays les plus riches et pauvres à la fois de la planète terre. Le premier pays de l’Afrique de l’Ouest Francophone (AOF) ; en tout cas selon les historiens, nous sommes indépendants depuis 1958. Cela n’engage que moi mais je crois qu’on ne l’est plus depuis 1984 (fin de la première République). Le pays où tout va de travers, où la normalité est anormale, où le mal est tellement banal que c’est devenu normal. Chez nous, le bizarre côtoie quotidiennement l’inexplicable. Beaucoup pensent que c’est un pays maudit mais NON !! Au contraire, c’est peut être le pays le plus béni au monde. Parce que c’est le pays qui a frôlé plus de chaos que n’importe quel autre pays au monde (guerre civile, envahissement par des forces étrangères et tout ce que l’on peut imaginer de chaotique). Par contre, je n’en sais rien sur la bénédiction ou la malédiction de son peuple. Convenez avec moi qu’il y a une différence entre le contenant et le contenu.

Maintenant que vous savez tout ce qu’il faut savoir, parlons de quelques guinéenneries, c’est-à-dire quelques particularités du Guinéen.

  • Je vous déteste tous, moi y compris : Le Guinéen passe son temps à critiquer les agissements et comportements des dirigeants tandis qu’il agit similairement tous les jours.
  • Tè faah !!! : C’est une expression Soussou (dialecte du pays) qui signifie littéralement « le courant est là ». C’est ce que crient les habitants de la capitale quelques soirs quand les ampoules s’allument. Comprenez par là que l’électricité est encore un luxe dans ce pays. En plus de la rareté de l’électricité, les quartiers reçoivent le courant à tour de rôle. Là-bas, le manque de courant est récurrent et tout le monde est au courant. Cela ne nous dérange en rien. Quand il y a la lumière la journée, c’est le signe qu’il y a un chef d’Etat dans le coin.
  • Aucun président guinéen n’a jamais été Guinéen : Oui, on a toujours été dirigé par des voisins. Le premier président Sékou Touré était Malien, le second Lansana Conté était de la Guinée-Bissau et l’actuel président Alpha Condé est Burkinabé. Toute la vie de ce dernier serait construite sur une montagne de mensonges, ce serait un imposteur. Je n’en sais absolument rien moi.
  • Son excellence monsieur le directeur : Cela ressemble un peu à un délire mais non, c’est le langage correct du service public guinéen. Le chef est vénéré comme un seigneur, d’où l’appellation « excellence » pour tous les chefs hiérarchiques, peu importe son poste, ils excellent tous. Comprenez par là que nous excellons tous en démagogie. A part « son excellence », on raffole pas mal de tout ce qui est titre. Même l’infirmier qui fait l’école de santé, veut que tu l’appelles « docteur ». Et le policier du quartier adore qu’on l’appelle mon commissaire ou capitaine. 😀
  • Le trafic d’influence et la prison à tous les coups : Après t’avoir influencé avec l’identité de son père ou celui de son tuteur, il te sort des menaces d’emprisonnement. Méfiance ! ça peut être le neveu du directeur d’établissement scolaire du quartier ou le directeur lui-même, on ne sait jamais qui est qui. 😀 Et il peut bien vous faire coffrer même si vous l’avez juste insulté. Il suffit juste qu’il ait des connaissances à la zandramérie (gendarmerie) d’à côte, surtout si le commissaire c’est son cousin ou son oncle. Au fait, pour montrer son influence en Guinée, il faut pouvoir faire emprisonner quelqu’un ne serait-ce qu’une nuit.
  • Guinéen et fier de l’être mais qui fuit son compatriote à l’étranger : J’ignore pour les autres pays mais le Guinéen de l’étranger est très étrange. Quand tu es Guinéen à l’étranger, un autre Guinéen te repère avec ton dialecte, il est capable de se détourner de ton chemin pour ne pas faire ta connaissance. Fier d’être Guinéen ou fier d’être ce que tu es ? 😀

Pour tout vous dire, nous sommes atteints d’une sorte Schizophrénie de niveau très très avancé. Pour comprendre ce dont souffre le Guinéen, il n’y a qu’un seul moyen : Être Guinéen de souche. Même un neurologue plus que qualifié ne pourra pas comprendre en disséquant nos cerveaux. Je sais de quoi je parle, parce que je manifeste des symptômes moi-même. Une dernière chose, pour qualifier le Guinéen, il faut toujours doubler le superlatif parce que nous excellons dans tout.

J’aimerais bien connaître aussi quelques maliennéries, sénégalainéries, ivoiriennéries, béninoiéries… Je suis sûr qu’il y a un tas de choses à raconter chez vous.

C’était moi, son Excellence monsieur le Guinéen très très fier.

3 thoughts on “Des guinéenneries

  1. Une bonne présentation de la guinée et du guinéen..et ce tè faah la est une expression qu’on n’est pas prêt à abandonner d’abord

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *